• Sylvie Martori

Qu'est-ce que la traduction scientifique et technique ?



Avec le développement rapide et en constante évolution de la publication d’études issues des sciences et techniques, le défi de la traduction scientifique est devenu crucial. L’émergence de nouveaux domaines scientifiques tels que la génétique, la biologie moléculaire et la biotechnologie a multiplié la demande en traduction. Dans le même temps, le travail de traduction scientifique est devenu plus exigeant.


Comme le domaine de la médecine ou des produits pharmaceutiques, le domaine de la science est encore très complexe, et sa littérature s’étend désormais bien au-delà des frontières nationales, contribuant ainsi en permanence à la recherche internationale. Mais qu’est-ce que la traduction scientifique exactement ? Comment s’exerce-t-elle ? Qui sont les acteurs de cette discipline rigoureuse ?


La traduction scientifique et technique, vectrice du savoir humain


Une expertise multidisciplinaire

La communauté scientifique inclut de nombreux domaines de recherche : mathématiques, physique, astrophysique, chimie, ingénierie, écologie, environnement, biologie, énergie nucléaire, etc. Les travaux et leur champ d’application comptent parmi les éléments les plus consultés. Et pour les scientifiques, les langues autres que le français, l’anglais ou l’espagnol sont également largement prises en compte dans cette volonté de restitution des dernières avancées de la connaissance humaine.


Le monde scientifique s’est internationalisé dans une large mesure, et avec le développement de la technologie et des connaissances, la science n’a cessé de se développer et est devenue de plus en plus compliquée. On peut dire que tous les pays mènent aujourd’hui des recherches scientifiques et que de plus en plus de ces recherches sont menées dans le cadre de la coopération entre pays. Par conséquent, il est essentiel d’avoir une langue commune, aujourd’hui l’anglais, et de traduire toutes les données de base.


La traduction scientifique est également économiquement importante pour les acteurs de la science, tels que les chercheurs et les laboratoires de recherche, afin de les faire connaître dans le monde entier, de partager leurs résultats et leurs articles, et de leur permettre de se « vendre » au mieux.


C’est là un développement à grande échelle. C’est notamment le cas pour les ventes de médicaments dans les domaines pharmaceutique et médical. Quelle que soit son importance, le monde de la traduction scientifique est pratiquement inconnu du grand public. C’est un « domaine de niche », mais d’une importance primordiale pour la diffusion de la science à travers le monde.


Un vaste champ d’application

La traduction scientifique s’applique à divers documents tels que :

  • Articles de recherche scientifique et documents techniques

  • Lexiques, glossaires et encyclopédies scientifiques

  • Manuels opérateurs et utilisateurs

  • Brevets, directives et documents juridiques

  • Protocoles d’essais, essais de laboratoire

  • Cahiers des charges

  • Projets et études de marché

  • Logiciels de simulation

  • Traduction de notices techniques, présentation de congrès

  • Traduction et localisation de sites web

  • Présentations multimédia et vidéo


La traduction doit également aborder d’autres domaines très liés techniquement, tels que le droit, le marketing, les affaires, etc. Il existe d’innombrables combinaisons linguistiques, même si certains besoins sont plus importants que d’autres, comme l’anglais, le chinois, le français, l’espagnol et l’allemand.


Et cela vaut également pour les sites web. Dans certains cas, les contraintes de référencement imposées par les moteurs de recherche doivent être prises en compte pour traduire le contenu spécifiquement.


Dans la traduction scientifique et technique, les traducteurs et/ou interprètes sont souvent confrontés à un grand nombre de tableaux, graphiques et autres outils statistiques. Bien sûr, il est question de traduire ce contenu (généralement l’adapter : par exemple, unités de mesure ou devise) et respecter la mise en page d’origine. Il est généralement nécessaire d’avoir de bonnes connaissances dans l’utilisation d’outils de PAO.


La traduction scientifique et technique est donc synonyme d’analyse et de rigueur, elle joue un rôle central en science et fonctionne sur des principes analogues.


Dans certains cas, cela nécessite un travail pratique sur le contenu, le format, mais également sur la réglementation en vigueur. C’est donc à la fois une exigence de traduction scientifique et de traduction juridique qui est attendue, en vue d’une validation émise par les institutions officielles, ce qui nécessite des qualifications supplémentaires.


Par conséquent, toute traduction scientifique et technique, quel que soit son champ d’application, nécessite une compréhension approfondie du texte de recherche et une transcription parfaite.


La traduction scientifique et technique : une affaire d’experts traducteurs plus que de traducteurs experts



Un métier de haute volée

La traduction scientifique nécessite naturellement le recours à des traducteurs expérimentés. Cependant, ces experts en traduction sont toujours en premier lieu des scientifiques, des médecins, des chercheurs, des enseignants et même des ingénieurs.


La traduction scientifique est une spécialité de très haut niveau, qui nécessite d’obtenir une formation d’introduction avancée en sciences et langues étrangères, et bien sûr, une maîtrise parfaite de la langue maternelle et de la langue de destination.


C’est pourquoi en France, une agence telle que le Centre National de Recherche Scientifique (CNRS) ou les agences de traduction scientifique recrutent des experts en langues étrangères possédant un ou plusieurs diplômes scientifiques.


Pour devenir traducteur scientifique, il est donc nécessaire d’avoir un appétit scientifique à la hauteur du talent requis pour manier les langues avec exactitude. Il existe deux façons d’aborder une telle carrière :

  • Certaines personnes commencent leur formation en langue puis se spécialisent en sciences.

  • D’autres sont des scientifiques qui ont reçu une formation linguistique.

Il n’y a pas de chemin idéal ou de chemin moins compliqué, cela dépend d’abord des appétences de base du futur traducteur.


Dans tous les cas, la véritable spécialisation de la formation s’effectue après avoir étudié les cours de langue ou de sciences dans un cours de master spécial. Le Master of Science and Technology Translation (TST) est un master Bac + 5 professionnel et de recherche, généralement dans trois universités, telles que Pau, de Haute-Alsace à Mulhouse, et Littoral Côte d’Opale à Boulogne-sur-Mer.


Ce Master permet d’acquérir la culture scientifique et technologique spécifique (produits, systèmes, séries de produits, principes de fabrication, utilisations, explications scientifiques, opérations) et les connaissances interculturelles pour les traducteurs scientifiques à partir des termes de langue étrangère étudiés et de la méthodologie de traduction de la langue considérée. De plus, il est généralement nécessaire de maîtriser deux langues étrangères au même niveau.

Des compétences étendues

Pour résumer, les traducteurs qui entreprennent cette tâche doivent posséder des compétences avancées :

  • Parfaite maîtrise des termes dans les langues source et cible

  • Savoir-faire et fiabilité de la recherche dans des domaines connexes

  • Maîtrise des technologies de traduction et des aides à la traduction

  • Connaissances et expériences professionnelles dans les domaines scientifiques requis, et actualiser régulièrement leurs connaissances (veille, formation, etc.),

  • Identifier et utiliser des vocabulaires spécialisés ou des bases de données terminologiques

  • Connaissance des outils PAO

Encadrée par des contrôles stricts, la traduction scientifique nécessite l’application de règles de qualité à laquelle seule la traduction d’un scientifique de métier ou d’un traducteur spécialisé dans ce domaine, peut satisfaire.


Reconnaître une agence de traduction scientifique et technique efficace et professionnelle



Un protocole très étudié

Avant de lancer le processus de traduction de documents, une bonne agence de traduction scientifique et technique effectuera des recherches pour étudier la terminologie à utiliser et déterminer également le terme le plus précis et le plus approprié dans chaque contexte.


Dans de nombreux cas, elle consultera ses clients sur certains termes et utilisera des références pour s’assurer que le choix de la traduction transmet avec précision le sens du document original. En traduction scientifique et technique, un produit spécifique a généralement sa propre terminologie.


La traduction de cette littérature scientifique doit employer l’expression équivalente exacte dans la langue cible afin de préserver la nature et l’exactitude du texte d’origine. Les traducteurs professionnels peuvent utiliser des outils de traduction assistée par ordinateur (TAO), que l’on ne doit pas confondre avec la traduction automatique.


Le but est d’améliorer la qualité de leur travail grâce à des outils d’assistance, parmi lesquels :

  • Mémoires de traduction

  • Glossaires

  • Analyses qualité


La formation continue comme gage d’excellence

Un traducteur scientifique et technique doit nécessairement continuer de se former. La Société française des traducteurs (SFT) propose ainsi de nombreuses formations aux traducteurs ou interprètes professionnels, quelle que soit leur langue de traduction :

  • formation terminologique technique efficace,

  • formation scientifique de pointe en innovation biologique,

  • vocabulaire médical, etc.

Quelle que soit la langue du traducteur, du français vers l’anglais, le russe ou l’italien, une formation est requise. Par conséquent, le prix élevé associé à la traduction scientifique s’explique aussi par la qualité du service requis, la maîtrise des besoins de plusieurs langues et des domaines spécifiques.


Ce coût de prestation s’explique aussi en raison de la nécessité pour les traducteurs de mettre à jour régulièrement leurs connaissances et de la quantité de recherches menées pour garantir la terminologie correcte pendant le processus de traduction.


De plus, certaines publications scientifiques peuvent contenir un enjeu décisif. Une traduction médiocre ou grossière peut avoir des conséquences parfaitement néfastes :

  • les scientifiques à l’origine de la recherche en question risqueraient de pâtir d’une mauvaise image,

  • des débats sans fin pourraient naître d’une mauvaise interprétation,

  • un certain dénigrement des conclusions de l’étude pourrait s’exprimer,

  • et même mise en danger de l’utilisateur dans le cadre de manuels techniques ou de guides d’utilisation...

Par conséquent, il est primordial de choisir avec soin le traducteur et le chef de projet qui assument cette responsabilité.


La Fédération internationale des traducteurs (FIT) décerne notamment des prix annuels de traduction pour promouvoir la carrière des traducteurs scientifiques et techniques.


Pour conclure


Pour vos traductions scientifiques et techniques, il est donc plus que judicieux confier en un traducteur professionnel. La langue maternelle de cet expert correspond à la langue cible que vous souhaitez et s’adresse spécifiquement à votre domaine scientifique.


Vous en conviendrez : trouver de telles compétences n’est pas chose aisée. Il est donc fortement déconseillé de faire appel à des agences de traduction bon marché !



16 vues

Nous contacter

CDL Traduction - 45000 Tolède (Espagne)